L’activité des drones s’envole !

BDS

Les drones sont partout ! Photographie aérienne, cinéma, surveillance, relevés scientifiques, immobilier, recensement, secours et même livraison : les champs d’application et d’utilisation des drones sont déjà très nombreux à l’heure actuelle, et de multiples autres usages sont encore imaginables. Leur démocratisation devrait les rendre encore plus accessibles à l’avenir. De nombreux nouveaux métiers autour de leur usage vont donc émerger, notamment celui de pilote. Nous avons rencontré Jean-François Blockmans, pilote de ligne et Directeur-Gérant de la BELGIAN DRONE SCHOOL (BDS), qui propose des stages pour apprendre à les piloter en toute sécurité...et légalité !

En plus de leur usage purement récréatif, les drones permettent d’effectuer et de faciliter une multitude de tâches. De nombreux nouveaux métiers autour de l’utilisation des drones vont donc émerger, dont un des principaux est évidemment celui de Pilote. Ces éléments constituent en eux-mêmes une bonne raison de s’intéresser à la pratique de ces nouveaux objets volants sans pilotes, parfois désignés par la terminologie internationale, RPA, pour Remotely Piloted Aircraft. Mais l’utilisation de ces petits engins volants, qui doivent non seulement partager l’espace aérien et cohabiter avec les traditionnels aéronefs habités, mais aussi respecter la sécurité des personnes et des biens au sol, doit bien évidemment être encadrée légalement. Les autorités ont donc légiféré, notamment sur les degrés de formation nécessaires en fonction du type d’utilisation. Nous avons donc rencontré Jean-François Blockmans, qui nous présente l’école qu’il a créée en 2014 en partenariat avec la BFS (Belgian Flight School), pour apprendre aux gens à piloter ces engins de manière sécurisée, mais aussi en respectant la législation en vigueur. 


3 types d’usages différents


M. Blockmans, parlez-nous des formations proposées par votre école, la BDS (Belgian Drone School) ?
«Notre école dispense des formations théoriques et pratiques dans le pilotage de drones pour trois types d’usages différents. 
Utilisation récréative
Il y a premièrement une formation d’une demi-journée pour une utilisation dite récréative: celle-ci implique de n’utiliser que des engins de moins d’1 kg, et de les faire voler à moins de 10 mètres de haut, en vol à vue (VLOS -Visual Line Of Sight), à des fins personnelles en dehors de l’espace public. 
Utilisation classe 2 (Risque faible)
En second lieu, nous proposons une formation dite de classe 2. Cette catégorie a vu le jour pour permettre aux utilisateurs de type loisir, de faire voler leur drone même hors des terrains d'aéromodélisme agréés. la formation se compose alors d’une partie théorique de 4 heures, suivie de 6 heures de pratiques en double commande avec nos instructeurs certifiés. La formation permet l’obtention de l'attestation de formation (attestation de télé-pilote), sous certaines conditions, dont les principales sont: avoir 16 ans, pas plus de 45 mètres de haut, engin de moins de 5kg, vol à vue, hors des agglomérations, survol des personnes interdit. 
Utilisation classe 1 (Risque moyen & élevé)
Cette catégorie a été créée afin de permettre aux professionnels d’exercer leur métier dans des situations présentant un risque moyen ou élevé. Il s’agit donc réellement ici d’une formation professionnelle qui permet par exemple de couvrir des festivals, des mariages, de filmer dans des agglomérations, etc. Cette formation est donc évidemment la plus complète et se compose de 2 étapes: E-learning (LAPL) accompagné de 12 heures d'accompagnement présentiel obligatoire, et 12 heures de pratique en double commande avec nos instructeurs certifiés. À l’issue de cette formation, vous serez admissible aux examens théoriques et pratiques de la DGTA (Direction Générale du Transport Aérien), qui vous permettront d’acquérir votre licence de télé-pilote, et ainsi de pouvoir pratiquer une activité professionnelle.» 


Quels types de profils suivent vos formations, et pourquoi ?
«Nous formons en moyenne une dizaine de personnes par mois, issus de domaines extrêmement variés. Certains n’envisagent qu’un usage récréatif, tandis que d’autres sont envoyés par leur entreprise. Nous avons par exemple formé des gens de la SWDE pour la surveillance des châteaux d’eau, des employés d’Infrabel, des pompiers, des policiers et évidemment, beaucoup de photographes. Il y a logiquement autant de profils que d’usages applicatifs.» 


Quels sont justement à l’heure actuelle, les principaux usages des drones ?
«Les usages sont très diversifiés. citons, à titre d’exemples principaux: la photogrammétrie, les relevés de thermographie, la sylviculture, la permaculture, l’immobilier, les études topographiques, le recensement de la faune et la flore, la surveillance, ou encore le secours en mer et montagne.» 

Infos pratiques: Adresse: Chaussée de Brunehault, 28 Liberchies 6238
- Mail: info@bdschool.be
- Tél: +32 (0) 495 66 96 10 
- Site

Par

Publié :

Retour à la liste